COVID19 : la dictature en marche !

Nous sommes au bout de quatre semaines de confinement et toute la semaine sur toutes les chaînes de télévision nous avons pu assister aux débats sur la mise en place par le gouvernement d’une application sur téléphone mobile. Celle-ci sera installable sur la base du volontariat, pour montrer son bon civisme et qui utiliserait Bluetooth avec les autres téléphones portable à proximité pour indiquer si vous avez été en contact avec une personne contaminée. Cerise sur le gâteau, cette application pourrait conditionner la sortie du confinement.

Hmm… la route vers l’Enfer est pavée avec les meilleurs intentions. On sait que la technologie Bluetooth n’est pas si précise que ça, en plus toutes les téléphones n’en disposent pas, notamment ceux des personnes âgées, la population la plus à risque. Donc autant d’éléments pour mettre en doute l’efficacité d’une telle application. Mais attendez, rien n’a été dit sur quelles données seront récoltées? Comment le gouvernement utilisera ces données? Combien de temps durera cette collecte? Comment nous rassurer qu’il n’y aura pas des dérives et que les données seront bel et bien effacés?

Beaucoup de naïfs disent qu’on a déjà partagé nos donnés avec les grands géants comme Apple, Google, Facebook en ayant un smartphone Apple ou Android. Certes, vous avez accepté les conditions générales de vente pour utiliser leurs produits, mais il ne s’agit pas du même type de collecte de données. En plus ces données récoltées servent aux entreprises pour vendre de la publicité ciblée, le fond principal de commerce pour les applications gratuites, ce qui n’est pas le cas de l’application du gouvernement. Vous allez me dire que récemment Google et Apple ce sont donnés la main pour créer conjointement une application pour aider vaincre le coronavirus. Là encore une fois il s’agit d’une application privée, dont les données récoltés ne peuvent pas aller à l’encontre des lois sur la vie privée en France et encore moins à les fournir aux gouvernements, ce qui causera un grand scandale avec des risques de perte du marché voir même la faillite pour ces entreprises.

Il y en a d’autres qui disent qu’ils n’ont rien à cacher. Dire que ça ne compte pas pour vous d’empiéter sur votre vie privée car vous n’avez rien à cacher équivaut à dire que ce n’est pas important d’interdire la liberté d’expression car de toute façon vous n’avez rien à dire. Je vous invite à visionner cette courte vidéo qui pourrait vous faire changer d’avis: https://vimeo.com/195661933

Avec cette application c’est le gouvernement qui sera au fait de votre état de santé, de vos déplacements et de vos comportements sociaux. Donc rassurez vous, encore une fois le gouvernement nous veut le bien de la même façon qu’il n’a pas interdit le déplacement des 3000 supporters italiens au match ente Lyon et Juventus de Turin le 26 février, sachant que l’épidémie faisait bien des ravages en Italie, pareil pour les municipales de dimanche 15 mars que le gouvernement a laissées également se dérouler. Visiblement la priorité politique avait passé avant la priorité sanitaire du pays, car tous les chefs de partis politiques ont été d’accord inclut le fameux conseil des scientifiques. Le lendemain, lundi 16 mars notre cher président s’adresse à la nation pour annoncer l’état de guerre contre cet ennemi invisible #coronavirus et instaurer le début du confinement. Désormais nous sommes en guerre ! Nous? Pas nous, le gouvernement est en guerre contre un « ennemi invisible » qui infecte la population. Pour faire court, le gouvernement est en guerre contre son peuple.

Nous avons tous assisté stupéfiés à l’incompétence en partant de ce fameux conseil scientifique, passant par le gouvernement jusqu’au président pour gérer cette « crise sanitaire ». Contrairement aux annonces rassurants d’avant la crise par l’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn sur le fait que le système de santé en France est préparé a faire face à cette épidémie, depuis quatre semaines nous assistons tous désemparés à la réalité : la réservé d’État des masques est vide, il n’y a pas assez des lits de réanimation et des respiratoires, les cardes médicales manquent des équipements adéquats : charlottes, gants, visières, blouses de protection. Prie encore, le seul traitement qui semble fonctionner, le Plaquenil, a été interdit à la vente et sous la pression publique le fameux conseil scientifiques a accepté de l’appliquer mais dans les conditions contraires à ceux indiqués par son inventeur, le professeur Didier Raoult, ce qui bien évidement provoque le résultat contraire.

Depuis le début du confinement nous avons perdu le droit le plus fondamental de l’homme, celui de se déplacer librement. Depuis quatre semaines le gouvernement traîne à prendre des décisions concrètes, nous avons l’impression d’être laissés pour mourir…

Tous les jours on parle du nombre des morts. On compare les nombre des morts. Pire encore, il y en a qui ce sont rendu compte que les chiffres communiqués par le responsable de la santé publique, qui les présente toutes les soirs au journal de 20h, ne sont pas correctes et qu’en réalité il y a plus de morts. On s’attendait à ça de la part du régime dictatorial en Chine pour amoindrir le nombre des morts, mais pas de la part de notre gouvernement. Il faut savoir qu’il y a une stratégie bien rodée à ça, c’est la stratégie du choque! Il faut que le nombre des morts communiqué fasse peur, car dans un état de peur la population est capable à accepter encore plus des restrictions des droits et des libertés pour se sentir en sécurité.

C’est ce même mécanisme de la peur qui a été utilisé par Bernard Cazneuve en 2015 lors des attentats terroristes pour passer la loi sur le renseignement qui rend légale la supervision du trafic internet des français par le gouvernement. La première boite noire a été installée par le gouvernement en 2017. Qu’est-ce que a changé depuis? On a eu moins d’attentats? Sommes nous plus en sécurité? La réponse est évidente : non! Mais depuis le gouvernement a installé légalement une brique de base pour son système de surveillance de masse.

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais en plus de l’augmentation du nombre des caméras de surveillance par tout on commence à installer aussi des hauts parleurs dans les espaces publiques. Mais rassurez vous, c’est pour faire un rappel à l’ordre sur le respect des règles du confinement 😉 Seront ils démontés après? Bien sur que non! Donc ne soyez pas surpris si un jour vous allez être verbalisés avec votre identité dévoilée en plein espace publique!

J’avais presque oublié les drones. Vous ne le savez peut être pas, mais les drones civiles de monsieur et madame tout le monde subissent plein de contraintes à l’utilisation. Il faut que la drone aie moins de 800 g, vous devez être pressent a la proximité de la drone et vous n’avez pas le droit de la faire voler que dans des endroits bien précis. Bien évidement ces contraintes ne s’appliquent pas aux drones militaires que les forces de l’ordre utilisent pour « superviser » le bon déroulement du confinement et qui en cas de besoin peuvent se montrer aussi létales.

Pour enfoncer le clou on parle déjà du danger de la deuxième vague! Pourquoi? Très simple, car les mesures liberticides qui ont été adoptées dans cet état d’urgence de cette guerre invisible (comme dans l’histoire des nouveaux vêtements de l’empereur) peuvent être prolongées haut delà. Vous allez renoncer à votre liberté pour votre sécurité.

Chers amis, comme vous l’avez pu constater le filet se serre d’en plus en plus et une belle dictature s’entrevoit à l’horizon.

Que pouvons nous faire:

1/ sécurisez votre système informatique: utilisez des logiciels open source, chiffrez vos données, pour votre connexion Internet utilisez des VPN, pour vos échanges utilisez des adresses mail et des applications sécurises

2/ exposez à minima vos informations personnelles sur les réseaux sociaux, car même si vos appareils sont bien sécurisés vous ne pouvez pas en dire de même de vos amis ou destinataires

3/ bien évidement n’installez pas ces applications COVID19 et optez pour un téléphone avec un système open source comme comme /e/ https://e.foundation/ (un système Android sans la surcouche et les applications Google) et vérifiez les paramètres de sécurité de chaque application avant de l’installer

4/ si vous avez des appareils Apple, Google (ou d’autres avec Android) ou Microsoft (ordinateur avec Windows) remplacez-les par des alternatives open source

5/ regroupez-vous en communautés qui peuvent vivre en autarcie si la situation se complique ou à minima achetez-vous une maison avec un jardin (500m2 peuvent nourrir une famille de 4 personnes) que vous pouvez cultiver et éloignez vous des grandes villes autant que possible

6/ réfléchissez par vous mêmes et arrêtez de suivre les médias du gouvernement (les grandes chaînes TV et radio, les journaux populaires) et informez vous sur des canaux et sources d’information alternatives

Bonne chance à tous!

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.