Idées de godets pour les semis

Un des percepts de la permaculture est d’utiliser ce que l’on a sous la main avant de s’en procurer ce que très souvent vient de loin et consomme beaucoup de pétrole. Pour préparer les semis j’ai appliqué le même précepte et j’ai réutilisé les godets de l’an dernier et j’ai fabriqué d’autres avec ce que j’avais sous la main avant de m’en procurer, car j’avais tout utilisé et j’en avais encore besoin de plus. Par conséquent voici ce que j’ai utilisé pour fabriquer mes godets:

Tubes de carton des rouleaux de papiers de toilette ou essuie tout

Parfaites pour planter des grosses graines comme le mais, le tournesol, les courges, etc. Les tubes je les collecte toute l’année. Pour les remplir je m’en sert d’un morceau de carton pour boucher le fond du tube, ensuite je mets de la terre à l’intérieur et je tasse bien pour que la terre soit bien compactée au fond afin d’éviter qu’elle ne retombe quand je le manipule. Après je continue à le remplir en tassant doucement jusqu’à un ou deux doigts de l’autre bout. Cet espace sert a compléter avec de la terre après y avoir mis la graine, mais aussi de réservoir d’eau lors de l’arrosage.

C’est bien de laisser un peu d’espace entre les tubes, vous pouvez utiliser comme intercalaire entre les rangés une lamelle de carton par exemple. Une fois que les plants sont prêtes à être repiqués, il suffit juste de faire un trou dans la terre et l’installer entièrement avec le tube. Le carton va se désagréger dans la terre avec le temps, c’est de la fibre de carbone et les vers de terre en raffolent 🙂

Les bouteilles en plastique

Que ce sont des bouteilles d’eau, de jus ou de lait, tout y passe. J’utilise des bouteilles d’eau bien cylindriques ou carrés que je coupe au plus près du cou afin d’avoir des longs pots pour les tomates, car ça leur permet de développer des racines profondes. Si on les coupe plus petit, on aura bien évidement des godets plus petits 😉
Astuce: les trous au fond il est mieux de les faire avec la bouteille fermée avec le bouchon avant de la couper, car la bouteille reste ferme et vous évite les accidents.

Pour les petits godets moi j’aime bien les bouteilles de lait car leur plastique est mou, donc facile à démouler lors du repiquage et il n’est pas transparent ce qui protège bien les racines contre la lumière du soleil contrario aux bouteilles transparentes.

Les cagettes et barquettes en bois

Ce sont mes préférées pour planter des aromatiques ou des semis des carottes, panais, betterave et tout autre légume racine qui a besoin d’éclaircissement et de repiquage. Pour protéger un peu la cagette et éviter que la terre tombe entre les interstices il suffit de tapisser l’intérieur de la cagette avec des morceaux de cartons. Ici pas besoin de faire une découpe parfaite, vous pouvez couper les cartons même au cutter, mais il est de préférence de mettre du gros carton au fond et faire quelques troues pour que l’excédent d’eau puisse couler. Les chutes des cartons à la fin de l’opération vous pouvez les découper en petites morceaux et les laisser au fond de la cagette,ça fera un réservoir supplémentaire d’eau 🙂

Et voilà le résultat:

 

Retour d’expérience avec les autres matériaux : gobelets, boites à œufs, etc.

Les gobelets : leur plastique est trop fin et ils se cassent facilement, par ailleurs ils supportent mal le soleil. Je vous recommande d’utiliser dans ce cas des gobelets en carton si vous en avez la possibilité, mais ils ne sont pas adaptés pour être enterrés lors du repiquage et généralement vous ne pouvez pas les réutiliser.

Les boîtes à œufs : retour assez mitigé, les alvéoles sont trop petites et se déforment vite avec l’eau. Si vous voulez les enterrer lors du repiquage mon conseil est de les pré-découper avant avec un cutter pour les détacher plus facilement. Je les ai essayées à deux reprises et je m’en suis arrêté là.

Le papier journal : c’est du travail à les rouler en plusieurs feuilles pour fabriquer les godets, puis le papier se mouille plus vite que les tubes de papier toilette et ils ont du mal à rester en place. Ensuite je ne suis pas très confortable à l’idée d’enterrer toute cette encre toxique avec les plants que je vais consommer plus tard.

Vous l’avez compris, utilisez tout ce que vous avez à disposition et faites preuve d’imagination. N’hésitez pas à partager vos résultats dans les commentaires ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.