Reprise après inondation

Le coup de l’inondation a été dur, mais la vie reprends tout doucement. Le fait d’avoir installé des planches surélevées a réduit considérablement les pertes. Je n’ai perdu que trois quarts des échalotes. Les tomates ont fait la gueule, mais semblent repartir. Moralité: mettre en place des structures solides (planches surélevés, drainage, paillage, etc.) ça nécessite un investissement initial non négligeable, mais en cas de coup dur comme inondation ou sécheresse cela porte les fruits.

Par conséquent il faut que je finis de border les planches de culture avec des planches en bois et améliorer le drainage en mélangeant la terre sur les planches avec du sable, du composte et des pailles hachées. Bien évidement on ne peut pas intervenir sur la structure de la terre tant qu’il y a des cultures en place. Ceci peut être effectué en dehors de la saison, donc entre l’automne et le printemps.

Je vous invite à faire un petit tour rapide du jardin avec moi là à la fin juin.

Il semble que le mais a été le moins affecté car cette planche est la plus haute:

Les pommes de terre semblent eux aussi se porter bien, surtout ceux de la planche numéro 6. Ceux de la planche numéro 5 ont subi un attaque sérieux des rongeurs, mulots et campagnols. Je présenterais dans un prochain article des méthodes répulsives que je teste en ce moment. Sur le sillon du milieu, entre les pommes de terre, j’ai semé des haricots nain. J’avais procédé de la sorte l’an dernier aussi et je n’ai pas eu des soucis avec les doryphores.

La planche numéro 5 est toujours en travaux (je dois creuser l’allée de passage et remonter la terre sur la planche) que j’espère finir cette semaine. Les tomates se portent apparemment bien, j’ai supprimé les branches jaunies et installé les bouteilles pour l’arrosage direct à la racine. Sur la planche numéro 3 les betteraves et les courgettes sont en place. Dès que les betteraves repartent bien je vais ajouter une couche légère de pailles.

La planche numéro 1 est la plus atteinte par l’inondation et par les rongeurs. Il n’y a pas grand chose qui a poussé, les blettes que j’ai repiqué ont été mangés en majorité par les rongeurs, de quoi s’énerver. Je vais réutiliser cette planche pour les cultures d’hiver (radis noirs, poireau, panais).

Et je vais terminer cet article avec une dernière photo de la planche Nord où les limaces ont réussi venir au bout de deux plants de tournesol assez costauds. Mais action – réaction : j’ai mis en place des pièges à bière à proximité des plantes souvent attaqués et il y en a quasiment plus des dégâts. Je vais publier un article sur les pièges à bière que j’ai fabriqué pour éloigner les limaces de plants. C’est comme ça dans dans l’agriculture naturelle, il faut accepter un pourcentage de perte en attendant de tout mettre en place pour les limiter au maximum.

Jardinez librement!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.